Le groupe Ivory veut dominer le marché du cannabis légal, 24 heures VAUD & RÉGIONS

VOIR LE VIDEO

 

Le marché du cannabis légal ne laissera bientôt la place qu’aux grands. Le groupe Ivory en est un. Sa société de production, PhytoCann, fait croître près de 160’000 plantes par an à l’abri des serres qu’elle occupe entre Roche et Aigle depuis 2017. Sa production de cannabis légal (dont la teneur en THC, la molécule aux effets psychotropes notoires, est inférieure à 1%) s’élève à 6,4 tonnes de fleurs chaque année. Mais d’ici à quatre ans, le groupe entend progressivement étendre sa surface de production de 10’000 m2 à 200’000 m2. «Le terrain alentour est constructible. Notre objectif est de devenir le leader du marché du CBD en Suisse puis en Europe», confie Alexandre-Henri Lacarré, président, également actif dans l’immobilier à la tête de sa holding A & A Development Group. Il dit ne pas pouvoir répondre à la demande. Contrairement à de nombreux autres producteurs qui ont dû fermer boutique, du cannabis légal plein les bras.

———-

A lire aussi: Patrick Delarive investit le quart de son temps dans le cannabis légal

———-

Quatre récoltes par an

PhytoCann élève ses plantes sous des serres dites «hybrides», grâce à un dispositif combinant la lumière naturelle et des lampes à sodium de 1000 W. L’installation comporte des bâches automatiques d’obscurcissement déclenchées selon les besoins par une station météo. «En dessous d’un certain seuil de lumière solaire, les lampes s’allument, précise Jeremy Kuhn, chef de production. Nous avons préféré ce système à la culture indoor pour préserver les qualités essentielles des plantes.»

Aux cinq serres de floraison s’ajoute une serre de multiplication, où poussent les boutures prises sur les plantes mères. Tout ce dispositif permet d’effectuer quatre récoltes par serre chaque année. «Un soin particulier est porté aux choix des graines, ajoute Alexandre-Henri Lacarré. Nous avons conclu un partenariat exclusif avec la société espagnole Dinafem Seeds, un des leaders mondiaux dans le secteur de la génétique du cannabis. Grâce à cet accord, nous lancerons en Suisse ces prochaines semaines un nouveau produit haut de gamme, la Dinamed Kush, dont la récolte s’achève.»

Fort d’une quarantaine de collaborateurs actuellement, le groupe Ivory souhaite engager une vingtaine de personnes supplémentaires dans deux mois. La firme entend tripler sa capacité de production d’ici à la fin de l’année. Et, simultanément, développer ses réseaux de vente via sa société de distribution Canna B. «Nous nous attelons à pouvoir écouler nos produits dans 2000 points de vente en Suisse dès décembre: kiosquiers, petits distributeurs voire des restaurants, soit tous ceux qui possèdent une licence de distribution de tabac, relève Olivier Baermann, responsable des ventes au détail. Car les produits à base de CBD sont considérés comme des succédanés de tabac et sont d’ailleurs taxés comme tels.» En décembre dernier, un contrat a été passé avec Ch. Margot & Cie SA, le numéro un de la distribution des produits du tabac dans le pays avec son réseau de 2600 points de vente. Son centre logistique se trouve tout près, à Villeneuve. Pour faire la promotion de la marque, une flotte de dix véhicules estampillés Ivory s’apprête à sillonner la Suisse.

Exportation en vue

Mais Ivory écoulera aussi ses produits à l’étranger: «Je suis sur le point d’octroyer des licences dans plusieurs pays européens, aux États-Unis et au Canada, glisse Alexandre-Henri Lacarré. Mais tous nos produits seront produits et manufacturés en Suisse. Le label Made in Switzerland a toujours la cote.»

Ivory, principalement actif sur le marché du cannabis légal à fumer, prend aussi le virage des produits dérivés (de soin, cosmétiques ou alimentaires) contenant le précieux CBD – le cannabidiol, l’un des principes actifs présents dans le chanvre avec le THC et réputé pour ses vertus analgésiques et apaisantes. «Dans deux mois, nous lancerons dix-huit produits à base de CBD, huiles ou autres gélules, ajoute Gregory Lécart, directeur des ventes. Nous planchons encore sur une essence favorisant la récupération des sportifs.» Dans ce but, Ivory œuvre à la création d’un équipement permettant d’extraire chaque mois 200 kilos de cristaux de CBD de sa production de plantes. La substantifique moelle. Sur le marché, cette précieuse poudre blanche se vend entre 8000 et 12’000 francs.

«Il nous faut du monde, conclut Alexandre-Henri Lacarré. Nous cherchons, entre autres, un deuxième chef de production, un responsable de communication et 400 m2 de locaux à Lausanne, pour la quinzaine de personnes de notre back-office.»

24 heures VAUD & RÉGIONS

Par Claude Béda

Contact

Appelez-nous ou remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons. Nous nous efforçons de répondre à toutes les demandes dans les 24 heures.